mardi 13 octobre 2009

D'autres vies que la mienne, d'Emmanuel Carrère

Emmanuel Carrère, c'est l'auteur d'Un roman russe et de La classe de neige, dont j'ai déjà parlé. J'avais un a priori plutôt positif sur cet auteur, c'est pourquoi j'ai acheté son dernier roman, D'autres vies que la mienne. Évidemment, le titre interpelle : de quelles vies va nous parler ce romancier réputé très narcissique et qui se met en scène dans nombre de ses romans?

Je pique le résumé à Télérama (une fois n'est pas coutume), dont l'analyse du livre livrée ici me plaît bien :
Ces vies, ce sont celles de Philippe, Jérôme et Delphine, le grand-père et les parents de la petite Juliette, 4 ans, morte au Sri Lanka en décembre 2004, victime de l'énorme et meurtrière vague du tsunami. Celle aussi d'une autre Juliette, une jeune femme de 30 ans, sœur de la compagne d'Emmanuel Carrère, morte d'un cancer au cours de l'année 2005. Celles également de Patrice, le mari de Juliette, d'Emilie, de Clara et de Diane, leurs trois petites filles. Celle encore d'Etienne, qui fut l'ami de Juliette, partageant avec elle un handicap physique lié au cancer – une jambe amputée pour lui, une jambe inerte pour elle –, ainsi qu'une aspiration aiguë à la justice qui les avait fait tous deux entrer dans la magistrature et se vouer à défendre notamment des personnes et des ménages surendettés, en situation de grande précarité sociale et morale.

Voilà, il s'agit de vies ordinaires, de destins malheureux comme on en croise souvent, mais dont on parle peu, et c'est la raison pour laquelle le roman a une résonance particulière, d'autant que ces destins sont 'réels' _ on n'y peut rien, mais les histoires vraies nous touchent plus. Le tout est servi, évidemment, par une écriture précise et fluide.

Un roman certes difficile mais que je recommande.

Aucun commentaire: