jeudi 10 septembre 2009

Mes lectures de l'été (2/3)

Suite du récapitulatif de mes lectures estivales :

No et moi, de Delphine de Vigan
Belle surprise, j'ai découvert Delphine de Vigan par hasard, et j'ai vraiment beaucoup aimé. L'histoire de No et moi ? Une adolescente surdouée, Lou Bertignac, rencontre par hasard No, une jeune fille à peine plus âgée qu'elle qui vit dans la rue. Lou entreprend alors de la sauver et de changer le cours de ce destin injuste. Le roman raconte l'amitié naissante entre les deux jeunes filles, les aléas de leur relation, les hauts et les bas de No, les tentatives désespérées de Lou pour braver l'ordre des choses.
J'adore l'écriture de Delphine de Vigan, simple et soignée, le ton du récit, jamais pathétique. C'est ainsi que j'ai décidé dans la foulée de lire Jours sans faim, du même auteur.

Jours sans faim, de Delphine de Vigan alias Lou Delvig
Jours sans Faim est le premier roman de Delphine de Vigan, publié sous le pseudonyme de Lou Delvig.
L'histoire : Laure, une jeune anorexique de 19 ans, est hospitalisée au dernier stade de la maladie. Sur le chemin de la guérison, elle comprend peu à peu les raisons de son mal de vivre.
J'aime bien la page d'evene sur le roman (résumé, commentaires et interview de l'auteur). C'est après la lecture du livre que j'ai appris que l'inspiration en était autobiographique.
Le sujet est difficile, le traitement est parfait : pas larmoyant, sobre, juste. On en oublie presque qu'il s'agit d'anorexie, car le cheminement de Laure rappelle celui, plus général, de toute jeune fille simplement en train de devenir adulte.
A lire, vraiment.

Le nouvel amour, de Philippe Forest
Alors, là, décevant. Le sujet me plaisait bien pourtant : le narrateur conte l'histoire d'un nouvel amour, surgi après un traumatisme profond, la mort de sa fille. Raconter l'histoire du possible bonheur après un chagrin aussi grand, c'était plein de promesses.
Pourtant, le roman parait nombriliste, petit parfois et, selon moi, pas à la hauteur de ce que j'attendais. Il y a de très beaux passages, certes. Des belles phrases, des réflexions pertinentes: au début, j'ai cru que le récit allait prendre son envol. Mais non. Peut-être parce que cette histoire d'amour se situe aux confins de l'infidélité, peut-être parce que le récit est largement axé sur le sexe, dans tous les cas, l'histoire reste à terre. Je n'ai pas senti ce 'nouvel amour' si prometteur, que j'attendais plus pur, plus grand, plus salvateur.
Déçue donc.
Néanmoins, comme j'ai trouvé le style de l'auteur plutôt travaillé, je pense que je retenterai la lecture d'un autre ouvrage pour me faire une idée définitive.

Le Liseur, de Bernard Schlink
J'ai toujours envie de lire les romans avant la sortie des films dont il sont tirés. Comme j'ai très envie de regarder The Reader (avec Kate Winslet et Ralph Finnes_l'un de mes acteurs préférés), largement salué par la critique, j'ai d'abord lu le roman.
J'ai un avis mitigé. L'histoire est assez prenante, le roman se lit plutôt facilement. L'écriture est soignée, peut-être un peu trop propre justement. C'est peut-être parce que l'auteur exerce la profession de juge que son style est au final si lisse. Il est d'ailleurs l'auteur principalement de romans policiers (une catégorie d'ouvrages que je ne lis jamais).
Néanmoins, l'intrigue est bien menée, le roman carré. J'attends de voir le film pour confirmer que la lecture du roman n'apporte pas plus que le visionnage du film.

Aucun commentaire: