lundi 23 février 2009

Quand Yoyo dégraffait son corsage


J'allaite et c'est un fait ; j'ai la poitrine qui a quadruplé de volume.

Dans l'absolu, y a de quoi être contente
Mais en vrai, c'est triste.

Parce que dans l'absolu, t'as grave envie d'aller t'acheter des panoplies de soutiens-gorges pigeonnants à faire pâlir les détenteurs du calendrier Aubade (la classe) et la ramener ensuite torse bombé.

Mais en vrai, tu peux pas, car c'est PAS DU TOUT comme ça que ça se passe.

Car, quand bien même tu déciderais, jeune maman, de mettre ton opulente poitrine en évidence, sache que toutes les collections ne te sont pas accessibles. Car oui, il faut forcément des soutiens-gorge spécial allaitement. Des trucs avec les bretelles qui se détachent. Et les collections de 'soutiens gorge de maternité' ont deux inconvénients majeurs : d'une, elles sont hors de prix; de deux, elles sont très majoritairement affreuses. Tu es donc vouée à porter des soutiens-gorges moches ET chers pendant tout le temps que tu nourris amoureusement ton enfant.

Ton amoureux, le vrai, en attendant, se languit. Le mien, en tout cas. Car depuis le début de ma grossesse, je le gratifie des deux mêmes soutiens-gorge que je lave chaque jour en alternance. (Celà dit, pour le coup j'avais fait là une bonne affaire, car ils ne m'avaient coûté que 15€ chez H&M : je reconnais que j'ai poussé la rentabilité au maximum).

Alors oui, vous me direz, pour la pérennité de mon couple, je pourrais faire un effort et me fendre d'un vrai beau soutien gorge d'allaitement. Ca doit bien exister si on y met vraiment le prix. Sauf que, une fois que t'as ton super soutien gorge à 300€, t'es bien avancée. Parce qu'en plus de porter des soutiens-gorges laids, tu rajoutes également ce qu'on appelle des coussins d'allaitement. Joli petit nom n'est-ce pas. Si ces petits coussins te rajoutent encore un peu de volume (dont d'ailleurs tu n'as franchement pas besoin), ils t'enlèvent par contre une sacrée dose de glamour. Imaginez : vous dégraffez et là, pof, un coussin plein de lait maternel qui tombe. Great. D'ailleurs, comme en général, vous n'avez pas le temps de regraffer après la tétée, ces petits coussins manquent de s'échapper à n'importe quel moment (j'en ai rattrapé un in extremis à une caisse de supermarché, c'est dire).
Donc, selon moi, pas la peine de faire hurler ton banquier en investissant dans des soutiens gorges de maternité hors de prix dans lesquels tu vas ajouter des éponges absorbantes. Quant à essayer de se passer de ces petits coussins certes disgracieux, mais si efficaces, ce n'est pas la peine. Le glamour en prendrait encore un coup, et autrement plus fatal.

Conclusion : le jour où je retournerai dans un magasin de lingerie, je le sais, ce sera pour m'acheter un pauvre 85B. Avouez que c'est tout de suite moins fun, et pour moi, et pour mon amoureux...

En attendant, j'ai adopté une positive attitude imparable :
1/ profiter malgré tout de ces rondeurs tombées du ciel et vouées à disparaître aussi vite qu'elles sont apparues.
2/ en rire avec mon amoureux (et lui promettre main sur le coeur que j'irai renouveler ma garde-robe de sous-vêtements dès que j'aurai retrouvé une taille normale)
3/ me rappeler que l'essentiel, en ces temps mouvementés, c'est quand même que notre petite puce soit bien nourrie!

I'm re-re-re back !


TADAAAA!

Oui je sais, trois mois sans nouvelles, alors que je n'avais que ça à faire, quelle honte. Enfin, que ça, disons, jusqu'au 11 janvier dernier, date à laquelle le temps s'est arrêté : bébé est né! Depuis lors, je n'ai plus guère maîtrisé grand chose de mes journées, courant après le sommeil pour m'assurer de ne pas sombrer dans la dépression post-natale tant redoutée. Et, tant bien que mal, il semble que j'y sois parvenue
Et là, je sens que l'énergie revient, alors je me reconnecte, enfin, à la blogo.

Il faut dire qu'entre temps, un autre événement de taille à bouleversé mon quotidien : quand je vous avais exposé mon environnement de vie très campagnard, figurait à la liste des inconvénients l'absence d'adsl. Hé bien ce point est réglé depuis le 24 décembre (comme un cadeau du Père Noël) : nous avons désormais un accès illimité, haut débit et en wifi à la maison. Je ne vous cache pas que cela nous change la vie.

Bon, de là à dire que l'événement est comparable à la naissance de ma puce, j'avoue, c'est un peu exagéré.
Mais quand même.

Bref, une énergie grandissante et l'internet à portée de main, cela fait deux bonnes raisons d'être un peu plus assidue sur ce blog.

Maintenant, y a plus qu'à tenir cette bonne résolution !