vendredi 28 mars 2008

Eric Dupin condamné dans l'affaire Fuzz/Olivier Martinez

Parlons un peu web 2.0

Hier, Fuzz.fr, l'agrégateur de news propriété d'Eric Dupin, a été condamné à verser 1000€ de dommages et intérêts et 1500€ de participation aux frais de justice pour atteinte à la vie privée de l'acteur Olivier Martinez.
  • Qu'on se rappelle
Olivier Martinez avait attaqué Fuzz et son éditeur, Bloobox, leur reprochant d'avoir publié une info renvoyant vers un lien people qui évoquait une potentielle liaison entre l'acteur et Kylie Minogue (ce dont, fondamentalement, on se contre-fiche).
L'annonce du dépôt de plainte avait provoqué le mécontentement de nombreux bloggueurs, et donné lieu à une campagne intitulée "J'aime pas Olivier Martinez", pour protester contre l'assignation d'Eric Dupin, créateur de Fuzz et responsable du blog Presse-Citron. L'enjeu derrière : la défense du web 2.0. et de son principe fondamental, à savoir la libre participation des internautes.
  • La condamnation d'Eric Dupin : un pavé dans la mare
En considérant Fuzz non plus comme un simple agrégateur mais bien comme un éditeur de contenus, le tribunal, note Le Journal du Net, met à mal la loi de 2004 sur l'économie numérique qui protège par défaut les sites communautaires en leur accordant un statut d'hébergeur, et les considérant à ce titre non responsable des contenus publiés.
  • Pour la suite
La décision risque de faire jurisprudence et implique, qu'on le veuille ou non, un tournant dans le principe des sites communautaires, reposant la question essentielle : qui est responsable des contenus sur internet ? Mais justement : est-il vraiment pertinent de chercher un responsable des contenus sur un agrégateur de news? N'est-ce pas justement mettre à mal le principe même d'un agrégateur ? Comment désormais pourra-t-on concilier le phénomène communautaire et l'obligation d'une 'responsabilité éditoriale'? Le débat est résolument ouvert.
  • Des t-shirts pour Eric Dupin ?
En attendant, Eric Dupin, sur son blog, remercie aujourd'hui chaleureusement l'ensemble des blogueurs qui l'ont soutenu dans cette affaire, et lui ont même proposé de participer aux frais de justice. Mais, plutôt que de faire l'aumône, Eric Dupin propose une idée détournée : mettre en vente un T-shirt logoté Fuzz ou Presse-Citron. Les bénéfices de la vente permettraient indirectement pour lui de rentrer dans ses frais ... et aux bloggeurs d'être habillés 'solidaires web 2.0'.
Ce que j'en dis : pourquoi pas finalement, tant qu'ils font des modèles femmes saillants évidemment ;-).

Ce que je trouve génial dans cette histoire, c'est l'engouement des bloggueurs à défendre les principes de la liberté des sites communautaires. Je trouve résolument formidable les possibilités d'expression sur le web et son influence grandissante (oui, j'en suis encore à m'émerveiller du web 2.0). Car c'est tout un système d'information parallèle qui s'est mis en place notamment grâce aux blogs, concurrençant fondamentalement les supports plus classiques, qu'il s'agisse de la presse, de la radio ou de la télé. J'aime cette idée d'une prise de parole ouverte et profondément démocratique. D'autant que la régulation de l'information se met en place naturellement : même sans garde-fou officiel, les blogs vérifient leurs sources, sélectionnent les informations. Le tri est fait de lui même : un site communautaire ou un blog qui raconte n'importe quoi se discrédite de lui même, incitant de fait ses contributeurs à une rigueur proche de la rigueur journalistique.

Alors, vous en pensez quoi vous de cette histoire ?

6 commentaires:

frédérique a dit…

Ce qui fait la valeur du blog ou du site communautaire, comme tu le dis, c'est la pertinence de l'info délivrée. Mais le modèle de digg comme celui de fuzz, c'est n'importe qui peut mettre n'importe quoi. Je ne consultais pas fuzz justement pour cette raison. Sa condamnation me parait tout à fait justifiée. A force de publier tout et n'importe quoi sans vérifier ses sources et sans apporter de valeur ajoutée aux textes repris, il était fatal que quelqu'un mette efin à la propagation des inepties qui se baladent sur son compte. (maintenant oui, le procédé est cavalier, et il ne fait pas honneur à celui qui l'emploie).

Yoyo-qui-vous-répond a dit…

Frédérique, pour etre franche, je ne consulte pas fuzz ou digg, je trouve que c'est le bazar dans l'info je ne m'y retrouve pas. Je suis d'accord avec ce que tu dis, mais finalement, le 'responsable' du contenu, c'est bien le blog et non l'agrégateur? Les lescteurs de fuzz sont sensés faire le tri entre la bonne t la mauvaise info, de même qu'ils choisissent les blogs qu'ils veulent ou ne veulent pas lire?
Au final, cette histoire devrait au moins permettre de rappeler qu'il y a à boire et à manger sur le net et que l'essentiel, c'est de garder son bon sens et son discernement.

Tempête dans un verre d'eau a dit…

Des modèles femmes... "seyants" plutôt non ? Quoique, "saillants" ça peut être marrant.

Bon : ok pour claquer le museau au responsable du blog mais sûrement pas de l'hébergeur. A moins que, dans un cas aussi spécifique, l'hébergeur aurait dû, de lui-même, refuser d'avoir "ça" dans son écurie.
En même temps, quand on lit les âneries (au mieux) ou diffamations (au pire) qui traînent, je me dis que, ma foi, un bon pétage auprès de l'hébergeur pourrait faire réfléchir ceux qui hébergent n'importe qui, n'importe quoi, au risque de ficher des vies privées en l'air, juste pour le plaisir d'avoir cancané sur le web. Y'a les "magazines" de salons de coiffure pour ça en plus ;-)))

fanette a dit…

Oui, il y a du vrai là dedans, du vrai en théorie, mais en pratique, si je veux faire une blague à propos d'un personnage public sur mon blog, si ça tombe je risque de ne pas le faire car je l'insulte. Le cas de Fuzz peut paraître simple, mais quid des autres condamnés qui sont de petits blogueurs qui n'ont rien fait d'autre que de relayer une info? Et si je l'avais, moi, relayés, comme ça, pour rigoler? Alors j'aurais été condamnée?

frédérique a dit…

Oh fanette! On va pas te plaindre de devoir proposer à tes lecteurs un contenu original et fiable, si?
C'est un peu le principe du blog, normalement, non?
Yoyo: pour moi le responsable c'est celui qui se met de l'argent dans les poches alors que ce sont les autres qui bossent pour lui. Dans le cas présent, le site aurait valu 20 000 euros!

Yoyo-qui-vous-répond a dit…

Ce qui est clair c'est que c'est un problème complexe. Le principe de l'hébergeur non-responsable se conçoit, et c'est pour cela que je trouve un peu facile d'attaquer fuzz plutot que le blog qui a publi le texte. PAR CONTRE, je ne dédouane pas complètement Dupin, et ce pour la bonne raison (Frédérique le souligne) qu'effectivement, ce n'est pas simplement une bonne âme qui propose aux petits bloggeurs de se faire entendre : non, Eric Dupin fait un vrai business. Et à ce titre, oui, surement doit on lui reconnaitre une part de responsabilité. Du coup, il semble que plus on devient influent (et donc plus on génère d'argent, car les 2 vont de paire), plus on devient responsable. Moi par exemple, j'aurais publié la même info je pense qu'Olivier Martinez n'aurait pas porté plainte contre moi. Ce qui m'enerve en fait, c'est justement cette montée de mayonnaise, due précisément à l'"influence". Que ce soit dans un sens (Olivier Martinez a réussi de fait à revenir sur le devant de la scène, même si c'est de manière négative) ou dans un autre (la levée de bouclier, qui a permis à un certains de nombres de bloggeurs de montrer combien ils étaient influents.
J'en reviens à ce que je disais : l'essentiel, c'est le bon ses et le discernement. De part et d'autre