jeudi 7 février 2008

Louve, de Serge Lutens

Sophie en parlait il y a quelques semaines. A la recherche d'un parfum depuis plusieurs mois, j'ai pris l'habitude de noter les parfums évoqués à droite à gauche pour les essayer.
C'est donc ainsi que Louve s'est ajouté sur la liste.

Sauf que les parfums de Serge Lutens ne se trouvent pas partout, le parfumeur fait partie de ceux qui sélectionnent avec minutie leurs points de vente. Cela m'a donc pris un peu de temps avant de pouvoir l'essayer. Ce que j'ai fait il y a 2 jours, en compagnie de mon amoureux : par principe, je préfère tester les parfums avec lui, pour être sûre de ne pas porter une fragrance qui l'indispose (par exemple, il y a 4-5 ans, je portais Hot Couture de Givenchy, que j'aimais beaucoup; je l'ai remis il y a peu, pour que mon homme m'annonce que le parfum lui rappelait une furieuse... J'ai donc évidemment décidé d'abandonner).
Bref, mon homme, qui est trop bien, m'accompagne volontiers chez Sephora. J'essaie Louve. J'adore. Je lui fais sentir, et il me dit "Oh c'est génial, ca sent tes petits gâteaux aux amandes!". Pour remettre dans le contexte : il s'agit de friands aux amandes, dont la recette me vient de ma grand-mère de Lorraine. Là-bas, ils appellent ça des friands, mais en fait, on connaît ces petits gateaux plutôt sous le nom de financiers. Et les friands aux amandes de Mamie Lu, ce sont les gâteaux préférés de mon homme. Préférés au point que j'ai beau lui faire d'autres desserts, plus élaborés, plus originaux, il finit toujours par me dire "C'est bon ma chérie, mais ça vaut pas tes friands". Préférés au point que parfois, quand je ne lui ai pas fait 15 jours d'affilée, il me fait comprendre que ça lui manque. Et c'est pas son genre de réclamer.

Et voilà que Louve lui rappelle mes friands.
Mon visage s'illumine : enfin un parfum qui me plaît de prime abord, et qui semble être au goût de mon chéri. J'ai pour principe de ne pas acheter de nouveau parfum dès le premier essayage.
Je repars donc avec la fragrance imbibée sur une bandelette et nichée au creux de mon poignet.
Tout l'après-midi, au boulot, je hume, pour vérifier que j'aime toujours. Et j'aime encore plus. Parce que le parfum, s'il sent effectivement clairement l'amande à la vaporisation, ensuite, il se transforme, et me rappelle le Cadum. Le bébé Cadum.
Le soir, je tend mon poignet à mon homme qui acquiesce.
Deux jours plus tard, je file entre deux rendez-vous m'acheter ce parfum, que je porte enfin, et ne me lasse pas de humer.

Louve, c'est de la douceur, mais une douceur tenace. J'aime l'idée de sentir le savon, d'avoir une odeur qui semble naturelle, comme si je sortais juste de la douche.

Certains reprochent à ce parfum de n'être pas du "vrai" Serge Lutens : trop accessible, trop culinaire. Je n'avais quant à moi jamais porté de Serge Lutens. Peut-être Louve est-il une bonne entrée dans son univers?
En attendant, je suis enchantée...

3 commentaires:

fanette a dit…

Tu me donnes envie, dis donc !!!!

Yoyo a dit…

Moi j'ai craqué! Si tu l'essaies, dis moi ce que tu en penses!

Nad a dit…

Ah, je suis curieuse de sentir ce parfum ! Bon, je pense quand meme que je vais passer un bon petit moment avec mon Jardin En Mediterranee ! ;-)