mardi 26 février 2008

J'me suis fait la malle


Ouais je sais le jeu de mots est petit.


Bon alors, ma malle. C'est l'Homme qui l'a trouvée dans une brocante, il est revenu à la maison et m'a dit "Tiens ma chérie, un os à ronger". En fait il a pas dit ça, mais l'idée était là. Et effectivement, j'étais toute contente, parce que y avait un sacré boulot à fournir.

A l'extérieur, elle était recouverte d'un tissu bleu épais, collé.
A l'intérieur, c'était une espèce de papier kraft.
Sur les côtés, la doublure en contre-plaqué se barrait.

La malle AVANT, c'était ça :



  • Phase n°1
Ma première mission consistait donc à décoller le tissu et le papier.
J'ai d'abord essayé de tirer dessus à partir d'entailles. Ca ne m'a pas menée bien loin.
Ensuite, j'ai décidé d'utiliser un décapant chimique (pas bien). Bien que je l'aie laissé poser le temps recommandé dans la notice, le résultat ne fut pas très probant.
Je finis donc pas décoller l'ensemble au décapeur thermique grâce aux conseils de l'Homme, qui s'y connait bien mieux que moi en bricolage. Son principe consiste pourtant à ne pas s'immiscer dans mon bricolage (et donc de me laisser faire mes expériences, donc mes conneries) sauf évidemment, quand je le supplie de me donner son avis. Car oui, avant qu'il ne me propose le décapeur thermique j'avais déjà passé 3 ou 4 heures à m'arracher les cheveux sur ce p**** de tissu moche collé à la super glue extra. Et, plutôt que de me voir me mettre à pleurer sur la malle (c'est bien mon genre), il m'a donc prêté son sèche-cheveux puissance 10 000. Un décapeur thermique, ca ressemble effectivement à un sèche-cheveux, sauf que ça chauffe vachement plus.
Bref, à force de patience, j'ai fini par décoller l'ensemble du revêtement, intérieur et extérieur, de cette fichue malle.
Ensuite, un petit coup de lessive St Marc, et je pouvais attaquer la déco.
Là, on était déjà à la fin du week-end, il m'a donc fallu attendre une semaine pour passer à la phase n°2.
  • Phase n° 2
La déco donc.

Déjà, il m'a fallu mettre quelques clous et agraphes là où la doublure se désolidarisait. (L'Homme a ricané en voyant que j'avais mis à peu près 10 fois trop d'agraphes. Ricanement auquel j'ai répondu par un haussement d'épaule et un argument de choc : au moins, ça risque pas de se re-casser. Non mais.)

Ensuite, c'était super marrant.

J'ai peint en blanc-cassé le dessus. Les côtés, je les ai juste lazurés (la lazure est une espèce de vernis protecteur transparent).
Ensuite, j'ai collé des motifs de serviette dans les tons blanc et or, et j'ai repassé 2-3 couches de vernis-colle dessus.

APRES, donc, ça donne ça :


  • Phase n°3
Quant à l'interieur, j'ai encollé un tissu assez épais. (Ca c'était le 3ème week-end). Pour tout vous dire, j'ai pas complètement fini de mettre le tissu sur les côtés donc je n'ai pas encore de photo de l'intérieur...
Mais bon, la malle est néanmoins opérationnelle, et j'y ai déjà mis mes affaires de couture...

Alors, vous en pensez quoi de ma malle?

1 commentaire:

fanette a dit…

MAGNIFIQUE !!!
(Je mets des majuscules pour montrer mon enthousiasme ; si j'étais là je crierai en sautillant).